Des questions sans réponses.

Depuis quelque temps, certaines pensées me trottent dans la tête et semblent se faire de plus en plus insistantes. Je crois que c’est en grande partie dû à tous les chamboulements que l’on vit depuis le début de l’année, combiné avec un travail de fond sur moi-même.

Je sens, comme plusieurs d’entre nous, que l’humanité est sur le bord d’un changement énorme. Et je ne peux plus me satisfaire du statu quo. Il s’est produit un déclic irréversible chez moi, j’ai atteint le point du non-retour.

C’est comme si j’étais tout à coup plus lucide, plus curieuse. Je vois tous les jours des actions posées qui ne font plus aucun sens pour moi. Il existe une dissonance très claire entre mes valeurs et croyances et avec l’état actuel des choses.

Things just do not compute anymore.

Pourquoi est-ce que la très grande majorité des femmes accouchent à l’hôpital? La grossesse n’est pas une maladie; elle n’a pas besoin d’être soignée ou guérie. Pourquoi est-ce que les premières mains à toucher un bébé naissant sont les mains aseptisées et gantées d’un étranger et non celles de sa mère ou de son père? Depuis quand avons nous perdu confiance en la capacité qu’ont les femmes d’enfanter?

Une autre remise en question touche l’éducation donnée à nos enfants, et le modèle industriel de l’école. Pourquoi, encore une fois, est-ce que des étrangers sont témoins privilégiés de l’émerveillement que nos enfants ont lorsqu’ils découvrent et apprennent de nouvelles choses? Pourquoi confions-nous l’éducation et les années formatives de nos enfants à d’autres? À quel autre moment dans notre vie nous retrouvons-nous classés par âge, à écouter quelqu’un nous transmettre de l’information, de manger quand midi sonne, d’aller aux toilettes quand on nous le dit? L’âge est tellement arbitraire comme critère de regroupement. Pourquoi pas par intérêt? Par aptitude? Et si on réinventait non pas le programme, mais l’institution elle-même? La notion même de l’apprentissage?

Pourquoi acceptons-nous les inégalités si facilement? Pourquoi une petite minorité de la population contrôle la grande majorité des ressources? Pourquoi excusons-nous encore le racisme, l’homophobie, le sexisme? Pourquoi y a-t’il tant de personnes brimées dans leurs droits fondamentaux? De quoi avons nous peur? Pourquoi ça a pris une pandémie avant que les employeurs acceptent le télé-travail? Pourquoi préférons nous remettre notre pouvoir, notre libre-arbitre aux autres? Pourquoi mange-t’on du poulet mais pas du chien? Pourquoi recycler mais toujours acheter plus de trucs?

J’ai plein de questions et pas de réponses. Comme une enfant de trois ou quatre ans. Chaque jour je me pose la même question: Pourquoi? Pourquoi accepter ce foutu statu quo?

Je sais que c’est lourd comme texte pour un mercredi soir. Je sais que ma pensée est mal exprimée, qu’elle va dans tous les sens, que j’amalgame un tas de choses. Et je n’ai vraiment pas de réponses. Je fais encore plein de trucs par automatisme, sans me poser la question. Je ne suis pas meilleure qu’une autre. Mais maintenant, quand je vais me la poser cette question, je vais la partager. Peut-être que d’autres personnes se posent les mêmes questions?

J’ai envie d’être actrice de ma vie, non plus spectatrice. Nous sommes déconnectés de notre instinct, de notre intuition, de nos envies et de nos besoins. Certes, nous faisons des choix quotidiennement, mais dans un cadre qui est prédéterminé par qui?

Je me questionne sur le paradigme actuel, les choix de société que nous faisons qui font en sorte que nous remettons à d’autres, sans trop se poser de questions, ce qui fait la richesse de notre expérience humaine. Voilà.

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.